Le Streaming

Le Streaming : Twitch, Youtube et autres notions de base


Qu’est-ce que le streaming ?

 

Difficile de passer à côté du phénomène du streaming. Le mot ne vous est sans doute pas inconnu : il s’agit de la diffusion de contenus vidéo en direct sur Internet. Cela implique la consultation de ces médias sans téléchargement préalable et le terme inclut donc les activités des web radios, des sites de musique en ligne, etc.

 

De fait, on comprend vite que cela recouvre plusieurs thématiques – dont certaines pas toujours légale - mais celle qui nous intéresse repose sur la mise en scène de vos parties de jeux vidéo. Cette pratique est très récente mais est en constante explosion. Si YouTube n’a autorisé la diffusion en direct avec Tchat qu’en 2017, d’autres plateformes le permettaient auparavant et notamment une certaine Justin.tv devenue depuis Twitch, le service de streaming le plus connu.

 

Aujourd’hui, l’engouement mondial, les retombées financières pour une (toute petite partie) des meilleurs streamers et l’exposition médiatique font du streaming un nouvel eldorado pour de nombreux joueurs.

Du talent… et du matériel adapté au streaming

 

Diffuser en direct certes mais diffuser quoi ? À quel rythme ? Avec quel soutien ? De nombreux joueurs, et notamment les plus jeunes, sont attirés par le streaming. Mais avant de développer une communauté, de construire un personnage et, pourquoi pas, de percer, il faut passer des étapes liminaires. Et comme d’habitude, se poser les bonnes questions :

 

* Que vais-je streamer ?

* Sur quel matériel, console ou PC ?

* Seul ou à plusieurs ?

* À quelle fréquence ?

 

La listes des questions peut être infiniment plus longue mais nombre d’entre elles ne dépendent que de vous. En revanche, pour tout ce qui est équipement, Materiel.net peut vous aider à vous lancer dans le streaming. Et avant de les aborder en détail, notons quelques points primordiaux que vous vous devez de posséder.

Les prérequis pour faire du streaming de jeu :

 

* Une plateforme de jeu ! c’est une évidence, console, mobile ou PC, c’est de là que tout partira

* Un système de diffusion du son et de l’image. Selon le choix de la plateforme, celui-ci peut différer fortement

* Une connexion Internet

* Une chaine de diffusion : là encore, c’est l’évidence mais cela va mieux en le disant

 

Maintenant que nous avons enfoncé les portes ouvertes, allons voir ce qu’il y a derrière.

Quelle connexion pour streamer ?

Votre vitesse d’upload Internet détermine la qualité d’images que vous pouvez diffuser. Un test avant de se lancer dans le streaming est donc obligatoire. Sur mobile, les contraintes sont assez légères et une bonne zone couverte en 4G peut suffire. Mais sur console et PC, cela se corse, surtout si vous souhaitez envoyer du 1080p à 60 fps : pour un tel niveau, un upload supérieur à 4 Mbit/s est recommandé. Avec la fibre, pas de problème à condition de ne pas utiliser de la bande passante pour autre chose. Bon point, Twitch propose un outil pour tester votre connexion. Selon votre type de connexion et votre environnement, opter pour un routeur gaming peut améliorer votre débit.

Webcam et acquisition vidéo : les solutions d’image pour faire du streaming

La plupart des streamers diffusent leurs parties en s’incrustant dans l’image du jeu. Outre leurs commentaires captés par un micro, cela permet de visualiser leurs réactions mais aussi l’interaction avec tous les viewers. Ce n’est certes pas une obligation de s’afficher, certains en font même une signature, mais la tendance est clairement majoritaire.

 

Si les plus fortunés d’entre eux pourront utiliser des moyens de captation vidéo dignes des sociétés de production individuelle, la plupart aura recours à une webcam.

Quelle webcam pour le streaming ?

Sur console, le choix fut un temps très restreint. Pour la Xbox One, vous deviez opter pour la Kinect tandis que la PlayStation 4 se reposait sur sa caméra. Du côté de Microsoft, les choses ont heureusement changé et de nombreux modèles de webcams USB sont désormais compatibles avec les Xbox Series X. Il faut juste qu’elle soit compatible avec les formats YUV12 ou NV12.

 

Ce n’est toujours pas le cas chez Sony qui oblige à utiliser sa webcam HD PS5 sur sa dernière console.

 

Sur PC, aucun souci, vous avez un large choix de webcams pour bien streamer.

 

L’un des premiers critères de choix d’une webcam pour le streaming est la définition de son capteur. C’est elle qui fera la qualité de l’image que vous diffusez. À l’heure où toutes les TV ou presque affichent la 4K, les webcams de streaming se diversifient elles aussi avec toujours beaucoup de 720p (1280x720 pixels en progressif) pour une webcam HD mais aussi du 1080p (1920x1080) pour une webcam Full HD voire de l’UHD. Les progrès ont été aussi au niveau de la fluidité avec des références à 60 images par seconde.

 

Mais qui peut le plus, peut le moins et pour le confort de vos viewers, mieux vaut proposer une bonne qualité d’image. Il faudra donc veiller également à la fréquence d’images par seconde : comme pour le gaming, privilégiez les modèles pouvant enregistrer en 60 images par seconde pour plus de fluidité.

 

Une image c’est aussi un cadre et le champ de vision de l’optique de votre webcam, exprimé en degrés, est à considérer : plus celui-ci est retreint, plus l’image sera serré sur le sujet et inversement. Certains modèles offrent la possibilité de régler ce champ de vision.

 

Enfin, comme pour tout appareil de prise de vue, la qualité de l’auto-focus et les options de traitement d’images (correction de l’exposition, gestion de la sensibilité) doivent aussi peser dans la balance.

 

En revanche, si la plupart des webcams intègrent un microphone, elles ne constituent qu’une solution d’urgence dans le cadre du streaming.

Comment connecter sa webcam ?

Les webcams se connectent en USB. On comprend dès lors qu’il faudra être attentif à la norme supportée. Car pour streamer en 1080p/60fps ou 2160p/30fps, il faudra choisir le 3.0 en attendant les évolutions prochaines. Une webcam USB 2.0 ne vous empêchera pas de streamer mais son débit plus faible vous limitera forcément plus.

 

Les webcams peuvent ainsi être connectées directement à la carte mère du PC, comme un périphérique classique.

Des options pour faire la différence

Pour faciliter la vie des streamers en herbe, les constructeurs rivalisent d’astuce pour faire de leurs webcams un peu plus que des webcams.

 

Certains modèles possèdent ainsi des leds, souvent en position d’anneau autour de l’optique, pour fournir un éclairage de qualité et éliminer les ombres sur le visage. D’autres proposent des technologies pour faciliter le détourage ou neutraliser l’arrière-plan.

 

Autre point qui doit attirer l’attention, l’ergonomie : qu’il s’agisse du système de fixation comme des possibilités de pivot, votre webcam doit être pratique à utiliser pour ne pas avoir à intervenir en plein Live.

 

La compatibilité avec les principaux logiciels de streaming comme xsplit et autres OBS (voir le chapitre dédié) est un confort intéressant.

Quelle résolution d’image pour streamer ?

Si votre ordinateur est une bête de course tout comme votre setup de diffusion et votre bande passante, il n’en est pas forcément de même pour votre audience. Le 1080p et le 720p sont donc les plus fréquents. Néanmoins, qui peut le plus, peut le moins et les plateformes de diffusion permettent toutes aux viewers de calibrer leur lecteur.

 

Dès lors, on pourrait se dire qu’il faut streamer à la plus haute qualité possible, soit le 4K UHD actuellement. Si toute votre « chaine de production », du PC de jeu à l’encodage en passant par la bande passante le supporte et que votre propre expérience de stream n’en est pas dégradée, foncez !

Carte d’acquisition video ou boîtier : des images plus qualitatives

Si votre PC peut se charger de l’encodage de vos vidéos avant diffusion, cela lui monopolisera des ressources CPU ou carte graphique, sauf à avoir un ordinateur dédié -ce que nous vous recommandons si votre budget le permet. La conséquence, si votre PC n’est pas assez puissant, se ressentira sur votre stream avec de potentielles latences, artefacts ou perte de données.

 

Que vous soyez sur PC ou sur console – voire sur smartphone -, disposer d’un périphérique d’acquisition vidéo améliorera grandement votre expérience de streamer et potentiellement celle de vos viewers.

 

Deux solutions se détachent : la carte d’acquisition intégrée ou le boîtier externe de capture. Dans les deux cas, plusieurs éléments sont à prendre en compte au moment du choix :

 

* la (les) résolution(s) supportées : comme nous l’avons déjà dit, qui peut le plus, peut le moins. Privilégiez donc au moins le 1080p 60 FPS et si possible optez pour la 4K UHD.

* la connectique : la plupart intègre une entrée et une sortie HDMI. Veillez à opter pour la dernière norme en cours. De même pour les prises USB, que l’on trouve sur les boîtiers externes : mettez le cap sur l’USB 3.0 Type C. Disposer d’une entrée/sortie micro casque est également un vrai plus

* les options : suite logicielle intégrée, possibilité de stocker directement sur carte SD (dans le cadre d’un boitier), gestion du son entre jeu et voix micro… ces points peuvent paraître moins importants mais sauront peser dans la balance.

Qu’est-ce qu’une carte d’acquisition vidéo ?

Connectée en PCIe sur votre carte-mère, la carte d’acquisition est donc sédentaire. Souvent plus performante dans l’encodage et plus complète qu’un boîtier externe, elle peut également servir à récupérer le flux de votre console.

 

Les cartes d’acquisition les plus évoluées sont capables de transmettre un flux en Live tout en l’enregistrant en local, pour un montage a posteriori par exemple.

Qu’est-ce qu’un boîtier d’acquisition vidéo ?

À l’inverse de la carte, il s’agit d’une solution plus simple d’usage : tout le monde n’a en effet pas forcément envie ni les connaissances d’ouvrir sa tour, de faire attention aux lignes PCIe, à la connectique, etc. C’est aussi une solution idéale pour qui aime streamer de n’importe où. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui pousse de nombreux constructeurs à permettre l’enregistrement et le stockage des vidéos directement dans le boîtier via une carte SD.

 

C’est aussi la solution la plus simple à mettre en place pour les joueurs console. Si la démocratisation de l’USB 3.0 est bien là, il faudra néanmoins faire attention à ce point, les références USB 2.0 étant de fait moins performantes sur les débits. Attention, sur certaines références, l’encodage est délégué au PC, consommant ainsi quelques-unes de ses ressources.


Information importante

 

J'aimerai pouvoir m'accorder assez de temps pour vous donner ma propre explication concernant tous les composants et les périphériques. Les explications qui ont été détaillées plus haut provient du guide de materiel.net que vous pouvez retrouver ici : https://www.materiel.net/guide-achat/

 

Avoir partagé leur contenu permet aux visiteurs d'avoir plus d'informations, et le lien de leur guide vous permettra de trouver pleins d'autres informations très utiles directement sur le site de materiel.net. Ce guide n'a pas pour vocation de perdurer sur mon site et sera modifié dès que possible !

 

Passionné par l'assemblage et le hardware, mais ne proposant pas de composant à la vente, je ne peux que vous recommander de monter votre propre ordinateur si vous vous en sentez capable ! C'est une très belle expérience à découvrir. N'hésitez donc pas à poursuivre votre chemin sur leur site et d'acheter directement chez eux.